A Trélazé, son festival estival s’affiche follement claviers

A Trélazé, son festival estival s’affiche follement claviers

Événement de belle ampleur,  le festival estival de la ville de Trélazé qui pratique avec bonheur éclectisme et gratuité, s’apprête à toucher à sa fin. Excusez du peu , depuis le 24 juin , Tal, Gérald de Palmas, Imany, Youssou N’Dour, La Compagnie Créole, Lisa Simone se sont ainsi produits sur différentes scènes de la cité. A quelque jours du quasi final proposé fin août par Michel Fugain et son Pluribus, le concert inédit Bach donné le dimanche 27 août à l’Arena Loire  sera l’un des temps forts de la manifestation.

Particulièrement attractif et musicalement plus que prometteur,  ce « Back to Bach » invité par la ville du Maine- et- Loire et création originale de  VLF Productions,  proposera, en effet,  d’écouter l’intégrale des concerti pour deux, trois et quatre pianos, de Jean-Sébastien Bach.  Pour l’occasion, se retrouveront sur scène Erik Berchot (piano et direction, artiste  qui participera par ailleurs à la prochaine  tournée de Charles Aznavour), Nathalie Lanoé (piano), Audrey Lonca Alberto (piano), Fabrice Lanoé (piano) . Toutes et tous  seront accompagnés par un ensemble à cordes de douze musiciens issus de la Garde Républicaine ainsi que par le contrebassiste Tony Bonfils et le batteur Didier Guazzo.

Impressionnante d’élégant minimalisme sera la mise en espace de ce concert où quatre grands pianos “Yamaha CFX queue de concert” seront sur scène. Pour la belle histoire, deux instruments viennent de Paris. Un autre vient de Chartres , placé sous les bons soins de Hervé Cochet, et un autre d’Orléans, placé sous ceux de François Bauer.

De grands pianos se frottent dans le Maine- et – l’art

Accordeur orléanais et technicien du piano, François Bauer ne cache pas son plaisir d’engager son instrument dans une nouvelle aventure. Arrivé en avril dernier dans son établissement de la place Sainte Croix, cet instrument Yamaha s’est entre autres  déjà fait le clavier sous les doigts  du duo Jatekok à la Maladrerie de Beauvais, d’Aline Piboule au Frac Orléans, de Vanessa Wagner à Chambord, de François Chapelin à Pontlevoy, de Wilhem Latchoumia à la Scène nationale d’Orléans. A Jazz in Cheverny ou au Festival de Sully , il brillera également de mille feux en compagnie des plus grands noms des  scènes du jazz et du classique.

Bien entendu, derrière cette belle carrière de l’instrument, il y a un dompteur amoureux, sensible comme modeste artisan passionné.

François Bauer

François Bauer : « Ce magnifique instrument, je l’ai déjà travaillé, j’ai tenté de lui donner une couleur sonore à la recherche de celle que chacun souhaite. Entre Sully et Pontlevoy, je lui ai demandé de moins pétiller,  je lui ai gardé son énergie tout en voulant lui apporter plus de douceur. Acquérir un instrument comme celui-ci, aussi réactif,  est pour moi une consécration. Il s’agit d’un instrument prestigieux pour accompagner de magnifiques concerts . 

En vérité, avec lui comme avec d’autres pianos, je ne dois être  en permanence que dans le raffinement du travail.  Si j’osais, j’avancerais  que ce métier est de la grande cuisine,  celle où il me faut dégager du son et des des saveurs inouïes en compagnie d’artiste qui  apportent la vie ».

A Trélazé, François Bauer et Hervé Cochet veilleront de concert sur les quatre instruments. Leur amitié remonte à loin, depuis une formation à l’académie des techniciens Yamaha de Hamamatsu, au Japon. Ce fut le début d’un beau compagnonnage.  D’une belle histoire d’art et de fidèle amitié. D’une efficace et pertinente écoute. 

Jean-Dominique Burtin.

“Back to Bach”. 

Dimanche 27 août, 17 heures,

Arena Loire, 131, rue Ferdinand Vest, 49800 Trélazé.

Entrée libre.